Une politique culturelle sous la dictature de l’Etat


Il est des expressions qui raniment en nous des peurs par rapport à de vieux démons qu’on croyait enterrés. L’exemple ci-dessous montre que l’instruction n’est pas l’intelligence et que l’obsession du dirigisme, pavé de bonnes intentions peut conduire à l’enfer.

Quelques remarques donc sur ce programme en dix points auquel je donnerai un zéro pointé si j’avais encore charge de classe en 2017. Ce programme est le fruit de la réflexion de Henri de Lesquen pour la future présidentielle.

On croit rêver, mais hélas, nous sommes dans la dure réalité.

Voici les 10 axes d’une nouvelle politique culturelle. Plus une conclusion.

1. La nouvelle politique culturelle sera nationale, populaire, identitaire, et s’appuiera sur les canons de la culture occidentale.

Nationale semble évident mais le monde culturel contemporain est depuis longtemps dans un collaboratif multi-ethniques avec des échanges et des productions de hautes qualités grâce à une mutualisation de moyens. Les peuples apprécient ces échanges et le fait d’appartenir à une nation ne signifie pas que la signature artistique se réduit à un hexagone…Plus ennuyeux les canons de la culture occidentale sont sujets à débats et je ne sache pas qu’une définition stricte fasse autorité.

2. L’Etat combattra le cosmopolitisme culturel et l’art dégénéré qui en est le produit.

Là aussi on attend la définition de dégénéré, elle est étrangement absente. Combattre le cosmopolitisme culturel à l’intérieur de son propre pays revient à censurer un certain nombre de productions ou de personnes, avec quels critères, quels moyens, quelles sanctions. La création étant demandeuse d’espace et de liberté, la contraindre et la diriger ne serait-ce pas combattre son expansion naturelle et imprévisible que l’histoire nous a déroulé au fil des siècles.

L’art dégénéré a remplacé le beau par le laid. Le non-art dégénéré a remplacé le beau par le laid.

La subjectivité académique est ici préférée à l’expression libre des sujets/citoyens. L’art contemporain et conceptuel, les installations sont assimilées à un discours alors même qu’ils fondent leur essence sur une production large de matières, mouvements, sons et visuels.

3. Les collectivités publiques seront tenues de suivre les orientations culturelles fixées par l’Etat, qui exercera une tutelle vigilante.

Belle décentralisation qui conduira à des initiatives et politiques innovantes!

4. Préférence nationale. Le marché des produits culturels sera protégé de la concurrence étrangère, ce qui favorisera la création.

C’est précisément l’inverse, la protection empêche les idées de circuler, un monde circonscrit s’appauvrit rapidement et finit par une auto-suffisance qui devient suffisance et mort sans regard critique extérieur.

5. L’art officiel, soutenu par l’Etat, aura pour principe d’exprimer l’âme du peuple dans la beauté des œuvres.

CF certaines dictatures passées et actuelles dans le monde avec culte de la personnalité et mise en exergue de l’apologie guerrière et de valeurs ou de symboles propres aux rejets et à la haine d’autrui.

6. Pour la musique et la danse, l’Etat favorisera la renaissance d’une culture populaire enracinée.

On suppose que seuls la musique sacrée ou classique ( triée sur le volet) et les folklores  acceptables vont nous amuser. Vous prendrez bien un peu de Wagner…

7. La musique nègre sera bannie des media publics et progressivement éliminée des media soutenus ou autorisés par l’Etat.

Précisez nègre svp, mais l’indienne, la chinoise, et les autres conviendraient-elles à votre Auguste personne? Éliminer Deezer, Music me, YouTube, Dailymotion et tant d’autres, j’en connais plein qui vont être content. Ça pour le coup : une révolution, vous voulez l’avoir, vous l’aurez.

Ceux-ci désignent uniquement les radios et télévisions.

Vous voyez bien que non

On pourra écouter sur disque ou par Internet ce qu’on voudra. Mais l’espace public sera assaini.

Quel laxisme, vous me décevez. J’aime bien l’enchaînement  » ce qu’on voudra. Mais ».

8. Épuration. L’Etat se débarrassera des œuvres ou objets de l’art ou non-art dégénéré en les vendant ou les détruisant.

Ah enfin un petit autodafé, ça manquait en France.

L’obscénité, l’outrage aux bonnes mœurs, qui sont la marque de l’anticulture cosmopolite et de l’art dégénéré, seront réprimés.

Peine de mort, prison à vie ou torture, bannissement…merci de préciser pour les artistes désireux de rester fidèles à la patrie.

 

10. La langue anglaise sera boutée hors de France de par la loi !

L’anglais sera chassé de l’espace public.

Ah! Enfin j’attendais cette vengeance sur les rosbeefs depuis longtemps.

Conclusion : la nouvelle politique culturelle sera l’amorce d’une renaissance culturelle de la France, qui a vocation à la grandeur.

De la connerie, j’ignorais.

National-libéralisme. La liberté de création et la liberté d’expression seront totales. Mais l’Etat n’aidera plus l’art dégénéré.

On l’a bien compris, c’est clair comme de l’eau de roche.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s